Français
FR
Visitez Crète
Top



Bienvenue à Héraklion! 

À VOIR 

- À voir à Héraklion. La ville d'Héraklion, bien que construite selon les règles de l'anarchie, et peu hospitalière pour les conducteurs, recèle une quantité de sites intéressants à visiter. La grande Place Eleftherias, où trône la Porte d'Agios Georgios, héberge également la Préfecture et le Musée Archéologique. D'autres places bien caractéristiques, comme la Platia ton Liontarion (Place des Lions), qui doit son nom à sa fontaine (fontaine de Morosini), celle de Kornaros à proximité de laquelle se trouve le monument ottoman et la fontaine Vembo. La Loggia, à l'architecture vénitienne, est l'un des plus beaux sites de la ville, abritant aujourd'hui l'hôtel de ville. Elle a remporté en 1987 le 1er prix EUROPA NOSTRA (du monument européen le mieux rénové et préservé). Le Fort Koulès, pittoresque forteresse vénitienne sur le port, dominant le front de mer de la ville, ne peut échapper au visiteur. Découvrez également l'Arsenali (les Arsenaux), la Pinacothèque municipale, les Remparts Vénitiens avec leurs quatre portes dont la plus connue est la Chanioporta, le bastion de Martinengo, renfermant le mausolée et la tombe de Kazantzakis. Dans la rue Daidalou sont rassemblées les boutiques de la ville, la rue Koraï accueille quant à elle les cafés, la rue de 1866 le marché, tandis que celle du 25 Août est considérée comme l'une des plus belles artères de la ville. Ne manquez pas non plus la promenade de Bentenaki, la Place Talos et le Stade Olympique Crétois .
- Les musées. La capitale de l'île ne pouvait être dénuée de musées. Elle accueille, donc, le Musée Archéologique le Musée d'Histoire de la Crète, le Musée de la Bataille de Crète et le Musée d'Hitoire Naturelle. Ne manquez pas non plus de visiter le Cretaquarium du Centre Hellénique de Recherche Marine à Gouvès.
- Églises et Monastères. Dans la ville se trouve la cathédrale Agios Minas, sur la place Agia Aikaterini. À côté de la cathédrale contemporaine se trouve la petite église - originelle - d'Agios Minas, renfermant de remarquables sculptures sur bois du XVIIIème siècle. Sur la même place se trouve Agia Aikaterini (Ste-Catherine), église des Sinaïtes du XVème siècle. Elle revêt une importance historique, puisqu'elle fit office de centre des lettres et des arts, par lequel d'importantes figures de la Renaissance Crétoise sont passées. De nos jours, l'église abrite une exposition d'icônes byzantines et de reliques chrétiennes. À Héraklion se trouve également l'église d'Agios Titos (Saint-Titus), datée de 962 ap. J.-C., la basilique d'Agios Markos, où se déroulent des manifestations culturelles, et l'église des Dominicains Saint-Pierre Saint-Paul. En visite dans la région, ne manquez pas de vous rendre jusqu'au monastère Koudoumas au sud de l'île, dominé par le Mont Kofinas.
- Sites Archéologiques. Dans la région d'Héraklion se trouvent également les célèbres Palais de Knossos et ruines de la cité antique de Phaistos. Le site archéologique de Knossos est situé à proximité de la capitale, accessible par les transports en commun, tandis que Phaistos, à 59 km de là, peut donner lieu à une excursion vers le sud de l'île. Parmi les autres importantes cités antiques, citons Malia, Zarko, Agia Triada et Archanès, Palaikastro et Tylissos.
- Sites typiques (à proximité de la ville). Peza, toujours dans la préfecture d'Héraklion, est un village de taille relativement modeste, qui est devenu le centre agricole et économique de l'île. L'une des coopératives les plus connues du village est l'Union de Peza qui approvisionne tout le pays en vin. Dans le village voisin de Myrtia, vous trouverez le Musée Nikos Kazantzakis. Hersonissos et Malia sont des villages de renommée internationale, grâce à leurs infrastructures touristiques. Il ne sont pas particulièrement pittoresques, et se distinguent au contraire par leurs ensembles hôteliers modernes et une vie nocturne très animée. Si vous rêvez d'un endroit idyllique non loin de la ville, rendez-vous au village pittoresque de Piskopiano d'où l'on a une vue époustouflante sur la mer, et offre de ravissantes balades à travers ses ruelles. Pour une escapade un peu plus lointaine, partez à la visite du célèbre village de Matala : dans les années 1970, des hippies du monde entier prirent possession des grottes au-dessus de la plage, pour y adopter un mode de vie alternatif, porteurs d'un message alors en vogue à cette époque-là.

EXCURSIONS 

Héraklion - Tympaki, région du Mont Psiloritis: Afin d'accéder au sud de la région, on peut emprunter l'intéressant quoi que difficile itinéraire qui passe par le Mont Idi appelé également Mont Psiloritis. Prendre la route nationale jusqu'à Rethymnon, puis à Gazi, tourner à droite vers Tylissos. Vous pouvez visiter l'ancienne Tylissos, aux vestiges uniques et à l'architecture impressionnante. Depuis Tylissos, arrosée par les sources de Loutra et d'Agios Mamas, prendre alors la direction des pentes du Psiloritis. Continuer vers Moni, puis, à Korfès, tourner à gauche puis à droite en direction de Kroussonas, haut-lieu de la Résistance sous l'occupation ottomane. De là, bifurquer à droite vers la grotte d'Ideon Andron, où Zeus serait né, selon la mythologie. La route n'est pas très bonne, et il sera peut-être préférable de visiter la grotte depuis le village d'Anogia. Depuis Kroussonas (en revenant de la grotte), tourner à gauche en direction de Kato Asitès, dont la région regorge de grottes. La route "périphérique" du Mont Psiloritis passe ensuite par les villages d'Ano Asirès et de Prinia. Après un bref passage par la rue centrale puis par Agia Varvara, tourner à droite vers Gergeri. Nous entrons alors sur la municipalité de Rouvas, région d'une rare beauté naturelle, dont la forêt fait preuve d'une riche biodiversité. Gergeri peut être le point de départ d'intéressantes excursions dans les villages de montagne voisins, en voiture ou à pied. Le site de Zaros et son célèbre lac est un site particulièrement intéressant, d'où l'on peut continuer à l'ouest pour visiter Kamarès (site archéologique, grotte). Depuis Kamarès, se diriger vers le sud (direction Grigoria, Kissi, Vori) pour reprendre la route principale vers Tympaki et les plages méridionales de la région : Kokkinos Pyrgos et Agia Galini. Plus au sud, mais toujours à proximité de Tympaki, se trouvent les villages de Phaistos et d'Agia Triada. Si vous optez pour ce petit détour, n'hésitez pas à vous "tromper" et à pousser jusqu'à Matala. Autre possibilité, tournez à gauche depuis Gergeri en direction de Kardamiana et de Raptis, vous finirez par tomber sur la route Héraklion - Mirès. Dirigez-vous alors vers le sud pour traverser le village d'Agii Deka et visiter la cité antique de Gortyne. Vous pourrez alors emprunter une route plus "facile" (comparée à la précédente), vers la bourgade, sans grand intérêt, de Mirès. Continuez alors la route depuis Mirès jusqu'à Tympaki.

Héraklion - Peza - Asteroussia - Tsoutsouros: Les Monts Asteroussia sont importants pour l'histoire de l'île, puisqu'ils furent utilisés comme bastion par les pirates venant du sud. On les appelle également le "Agios Oros" (Mont Athos) de la Crète , et ils comptent parmi les plus importants écosystèmes de la région, abritant en outre des élevages à petite échelle. Le visiteur y découvrira des gorges, des grottes, des plages, des sentiers de randonnées, des sites de plongée, etc.... Pour s'y rendre, démarrer depuis Héraklion en empruntant la route entre la zone industrielle et Peza, un itinéraire facile qui vous permettra de ménager vos forces pour l'exploration à venir. Cette route, de conduite agréable, passe par Kallithéa, puis par Kounavi. Il s'agit d'un joli petit village aux cafés traditionnels, aux sympathiques églises byzantines, dont la vue s'étend jusqu'à la mer et aux verdoyantes gorges de Kouvani. Traverser ensuite Peza et son Palais A. Vassilios à la vue panoramique. De là, tourner à gauche en direction d'Arkalohori, entamant un itinéraire un peu plus périlleux vers les Monts Asteroussia. Vous pouvez également choisir de continuer sur la route nationale jusqu'à Praitoria, où vous tournerez à gauche vers Pyrgos et Rotassios, sur les contreforts de l'Asteroussia. Nous vous suggérons ensuite de traverser la bourgade d'Arkalohori, puis de vous diriger vers Agios Semnis et Lefkohori, vous pourrez ainsi jouir d'un agréable itinéraire à travers les peupliers ("lefkès" en grec), qui ont donné leur nom au village. Depuis Lefkohori, continuer vers Ano Poulia, où vous tournerez à droite en direction de Garipa. Prenez ensuite à droite vers Drapeti, puis une fois au village, à gauche vers Kalyvia. Cap vers le sud jusqu'à ce que vous rencontriez Agii Deka - près de Kastelliana - où vous tournerez à droite vers Mesohori. Vous voici arrivés dans les villages des Monts Asteroussia. À Mesohori, ne pas manquer la visite de l'Église Notre-Dame (Naos Panagias), de 1570. Continuez votre route vers la droite, puis traversez Rotassi, où l'on peut distinguer des morceaux de muraille vénitienne, ainsi que les ruines de plusieurs églises ornées de fresques datées de l'époque byzantine. À Rotassi, quitter Agii Deka - Kastelliana pour continuer vers le sud votre tour des Monts Asteroussia. La vue sur la plaine de Monofatsio est tout à fait différente des autres panoramas en Crète. Au bout de dix kilomètres, on arrive à Ethia, dans la partie méridionale de la montagne. Il s'agit d'un village traditionnel aux maisons de pierre, ce qui n'est pas très courant dans la province d'Héraklion, doté d'une excellente taverne où déguster les délicieux mezès des montagnes crétoises. Peu après Ethia, à environ deux kilomètres, on arrive au joli village d'Achentria, dont les produits de l'élevage sont renommés. Arrêtez-vous pour une petite visite d'Agios Dimitrios (église byzantine) puis descendez vers la plage d'Agios Nikitas, où vous pourrez y admirer une forêt de palmiers, finalement peu connue. Pour y arriver, tourner à Achentria vers la droite, puis encore à droite au carrefour suivant. Après environ 1 km, tournez encore une fois à droite. Après la baignade, la route vous ramène vers Achentria, où vous pourrez prendre la direction du nord vers Ano et Kato Kastelliana, où vous tournerez à droite (vers le sud) en direction de Tsoutsouros, la station balnéaire des Hérakliotes, à Livyko.

LA CANÉE

À VOIR 

- Sites archéologiques. Vous trouverez des sites archéologiques à Aptera, une ville-état dorique qui détenait une importance stratégique en raison de sa situation, lui permettant de contrôler toute activité économique et marchande. Ses murailles, ses citernes (d'époque plus récente), un double temple (Vème – IVème siècles), des tombes (période géométrique) et des monuments (époque byzantine) y sont conservés. La cité antique de Polyrrinia, à proximité du village homonyme, l'une des plus anciennes cités de Crète, où l'ont peut encore en distinguer les murs, les tombes et les ruines d'un aqueduc romain. La cité antique de Phalassarna, près de l'actuelle station balnéaire, l'antique Lissos, centre religieux où l'on peut admirer les ruines du temple d'Esculape (Asclépios), d'un théâtre et de tombes. À Agia Roumelis (Tara), ont été préservées les ruines d'un sanctuaire, tandis que de la cité antique d'Anopolis, sont préservés les impressionnantes murailles. Notre visite archéologique se poursuit par la cité antique de Diktynna, région consacrée à Artémis de Vritomartis, à Kournas pour y étudier une tombe à voûte, puis se termine à Malémé, pour une autre tombe à voûte, qui a la particularité d'être en forme de pyramide.
- Églises et Monastères. Le monastère de la Sainte-Trinité (Agia Triada Tzagarolon) sur la presqu'île d'Akrotiri est l'un des modèles les plus impressionnants et plus caractéristiques de l'architecture crétoise, aux influences de la Renaissance italienne, et qui faisait office, à la fin du XIXème siècle, de séminaire, aux éminents professeurs et à la riche bibliothèque dotée d'ouvrages rares. Remontant à la même époque, le Monastère de Gouverneto (Notre-Dame des Anges), doté d'une étrange architecture, construit tel une forteresse vénitienne, et fut d'ailleurs la cible d'attaques de la part des occupants successifs. Le troisième monastère le plus important d'Akrotiri est en fait un couvent, celui d'Agios Ioannis Prodromos (Saint-Jean Baptiste), à l'architecture un peu moins imposante, mais dégageant une humilité et une sérénité impressionnantes. Le monastère de Gonia, édifié sur le temple antique d'Artémis Diktynna Britomartis à Kolympari, fut un lieu d'action de résistance, et à proximité se trouve l'Académie Orthodoxe de Crète, institut religieux et spirituel contemporain. Ne manquez pas non plus de visiter le couvent de la Panagia Chryssoskalitissas (Notre-Dame à l'Escalier d'Or), au sud-ouest, offrant une vue panoramique, et qui doit son nom à la légende selon laquelle l'une de ses 90 marches, visible seulement des âmes pures, est en or. Dans la ville même de La Canée se trouve le monastère de Chrysopigis, qui connaît de nos jours une activité importante (création d'icônes, broderie, entretien de livres anciens, reliure, apiculture, travail de la cire, production d'encens et de savon, édition, culture biologique, programmes d'éducation à l'environnement, etc.), poursuivant la tradition ancestrale, le monastère ayant en outre joué un rôle capital au cours de la résistance contre les ottomans puis contre l'occupant allemand.
- Les musées. La Canée abrite les musées Archéologique, d'Art Populaire et de la Marine, tous situés sur le Palio Limani (Vieux-Port). Vous y verrez également la Mosquée des Janissaires (Tzami ton Genitsaron). Unique en son genre et impressionnante, la reconstitution du Navire Minoen au sein des Arsenaux, tandis que vous pourrez admirer, en ville, la Collection Byzantine du Musée de la Guerre, abrité par un bâtiment caractéristique au bout du Vieux-Port. Ne manquez pas non plus la visite du Musée Byzantin et d'Art Populaire de Spilia à Kissamos, des Musées de la Chimie et de la Typographie à Souda, et de la Résistance, dans la ville historique de Therissos.
- Autres sites à voir. À La Canée, lors d'une balade sur le Vieux-Port, à proximité de la marina, faites un détour par le Centre d'Architecture Méditerranéenne, exemple de valorisation d'un bâtiment traditionnel au cœur de l'environnement actuel de la ville, les expositions et manifestations ayant en effet lieu dans un espace remarquablement conservé, près des Arsenaux, qui sont également utilisés pour différents événements. Le centre de la ville abrite le Marché Couvert, toujours en fonction, où vous pourrez vous procurer des produits crétois de qualité, mais également déguster la cuisine traditionnelle. Autre édifice d'exception, l'Institut Crétois du Droit, le Jardin Public vous offrant un magnifique havre, doté d'un cinéma en plein air et d'un petit jardin zoologique, où vous pourrez admirer les chèvres sauvages (égagre ou kri-kri), et vous détendre à la terrasse verdoyante du café. Au détour d'une des pittoresques ruelles de la Vieille Ville, vous découvrirez la Synagogue. Le Vieux-Port est dominé par le Phare Vénitien, emblème de la ville, "en face" du fort de Firkas. Vous pourrez visiter dans la même zone les Bains Turcs, la Pinacothèque Municipale, le Minaret et la cathédrale de la ville. Flânez dans les quartiers de la Vieille Ville et de la Splantzia (quartier turc), pour un véritable voyage dans le temps, le long des plages de Koum-Kapi (Kumkapi) et leur enfilade de cafés et de tavernes donnant sur la mer. La Nouvelle Ville (Nea Hora) est un quartier moderne en bord de mer, à la côte bordée de tavernes à poisson. Autres centres d'activité de la ville actuelle, la grande Place de 1966, et la Place des Tribunaux (Plateia Dikastirion), moderne et impressionnante. La région de Halepa qui s'étend depuis la mer et les anciennes tanneries et grimpe sur la colline jusqu'aux confins de la ville, offre une vue splendide à ses habitants, ce qui en fait l'un des quartiers les plus cotés de la ville. La visite des tombes d'Eleftherios et Sophocle Venizelos, sur la route de Kounoupidiana, va généralement de pair avec la dégustation de délicieuses pâtisseries dans l'un des proches cafés, avec vue imprenable sur la ville.
- Dans l'ensemble du nome. L'une des caractéristiques propres à la Crète et plus précisément au Nome de La Canée et de ses environs, est que le développement, la tradition et l'histoire ne sont pas confinés aux centres urbains. Visitez donc Malémé, avec son cimetière allemand, et Therisso, village historique auquel on accède par de superbes gorges, avant de faire une pause dans l'une de ses tavernes, réputées pour leur bonne viande et leur vin doux. Les Gorges de Samaria (Parc National), qui comptent parmi les plus longues dans toute l'Europe, situées dans les Lefka Ori (massif des Montagnes Blanches), s'étendent du plateau d'Omalos jusqu'à Agios Roumelis, pour terminer sa fabuleuse descente par un plongeon dans la mer de Lybie. Autres gorges, celles d'Aradaina (ou Aradena), à la beauté sauvage spectaculaire, et où l'on peut effectuer les sauts à l'élastique les plus vertigineux, les Gorges de Polyrrinia (ou de Sirikariano), et celles d'Agia Irini. Les lacs d'Agia et de Kournas offrent au visiteur un paysage tout à fait inhabituel. À Stylos, ne manquez pas la visite de la grotte de Samonas. Les villages de Frangokastelo, de Gramvoussa et de Vryssi sont d'une beauté unique. Depuis Platania, on distingue l'île d'Agios Theodoris, Parc National d'une considérable importance écologique, ouverte aujourd'hui à des visites organisées, malgré les réserves émises la communauté scientifique quant à leur impact sur la vie de la faune sauvage de l'île, dont fait partie le kri-kri (chèvre sauvage crétoise). Le massif des Montagnes Blanches (Lefka Ori), le plateau d'Omalos, celui d'Askyfo et la grotte d'Agia Sophia offrent autant de paysages d'une grande valeur esthétique. Si vous vous y entendez en randonnée pédestre, ne manquez pas d'emprunter le sentier européen E4. Exemple à suivre d'activité touristique "douce", le village pittoresque de Milia, plusieurs fois primé, qui, alors qu'il était abandonné, fut entièrement rénové dans le respect absolu des caractéristiques et des couleurs du versant sur lequel il se trouve, et offre aujourd'hui un hébergement traditionnel, autonome en énergie (autrefois, les chambres et maisonnettes étaient approvisionnées en électricité quelques heures par jour, et mettaient chandelles et cheminées à votre disposition pour le reste de la journée). Le restaurant du village vous propose de déguster des mets cuisinés avec les produits provenant de sa propre production. Le nome compte également des villages de montagne traditionnels comme Kokkino Chorio (le village rouge) et des plages féeriques, comme celle d'Elafonissos. Gavdos, l'île de Calypso, appartient également au nome de La Canée, et vous pouvez vous y rendre en bateau depuis Paléochora ou Sfakia.

EXCURSIONS

La Canée - Akrotiri: Akrotiri ("le Cap") est idéal pour une courte escapade depuis La Canée. C'est là que se trouve le Cap de la Croix, où fut tourné le film "Zorba le Grec", pour une baignade tout près de la ville, et la visite des monastères Agia Triada Tzagarolon, d'Agios Ioannis Prodromos (Saint-Jean Baptiste) et de Gouverneto.

La Canée - Kolymbari - Kissamos - Phalassarna (64 km): Vers l'ouest, traverser les régions touristiques d'Agion Apostolon, d'Agia Marina, de Platania, aux nombreuses plages organisées, et à l'animation permanente, avec, à droite, une vue infinie sur les eaux turquoises de la mer Égée. Vous arrivez alors à Gerani, où sont produits les fameux rafraîchissements, Malémé et Tavronitis, puis bientôt à Kolymbari. Là, ne pas manquer de visiter le monastère Odigitria Kyria Gonia, avant de vous détendre à Ravdouha, sur sa jolie plage et dans ses restaurants. En poursuivant le long de la côte, traverser Kissamos, d'où émerge la presqu'île de Gramvoussa. À l'ouest se trouve la magnifique plage de Phalassarna, où l'on peut allier baignade et visite du site archéologique.

La Canée - Kandanos - Paléochora: Suivre là aussi l'itinéraire entre La Canée et Kissamos, et au 19ème km (panneaux indicateurs), tourner en direction de Voukoliès-Kandanos. Envisagez une halte dans la bourgade de Kandanos, et plus précisément dans sa pâtisserie centrale, pour ses desserts faits maisons. Arrivés à Paléochora, délassez-vous sur les plages voisines sur la mer de Lybie et dans son village touristique bien achalandé d'où sont organisées des randonnées vers les sites les plus proches.

La Canée - Therisso - Karanou - Omalos - Sougia (89 km): Quitter La Canée en direction de Therisso, dont vous traverserez les gorges au charme luxuriant, et où vous pourrez en apprendre plus sur la stature historique du village, avant de goûter à ses excellentes viandes dans l'une de ses tavernes. La route, et plus spécialement la descente, peut donner lieu à une agréable randonnée. La route vers le sud traverse les beaux villages de Meskla, de Fournè et de Lakki, avant d'arriver à Karanou, réputé pour son vin et son bistrot traditionnel. Entamer ensuite l'ascension vers Omalos et son étonnant plateau, d'où vous pourrez, à condition de vous être organisés en conséquence, explorer les gorges de Samaria. L'alternative, moins sportive, vous propose de descendre jusqu'à Sougia, à la belle et longue plage sur la mer de Lybie, et dont le petit village constitue une destination touristique privilégiée.

La Canée - Sfakia (68 km): Pour rejoindre Sfakia, village d'origine des fameuses "tourtes de Sfakia" (sfakianès pitès), prendre depuis La Canée la route de Rethymnon. Nous vous suggérons de faire un petit détour afin de visiter le village pittoresque de Vamos, à l'architecture traditionnelle, aux remarquables demeures bien conservées et jouissant d'une activité touristique modérée, mise en place par un groupe de gens du pays qui, ayant quitté Athènes pour retrouver leurs racines, virent leur audacieuse initiative couronnée de succès. À Vryssès, tourner à droite (vers le sud) en direction de Sfakia. La route traverse le plateau d'Askyfos, puis descend le long des spectaculaires gorges d'Imbros, avant de déboucher sur le village traditionnel de bord de mer, riche en histoires, d'où vous pourrez apprécier les plages toute proches sur la mer de Lybie, et prendre le bateau pour Gavdos.

LASSITHI

À VOIR 

- Les villes. Le nome de Lassithi est doté d'importants centres urbains, très différents les uns des autres. Agios Nikolaos se distingue par la beauté unique du lac Vouliagmeni, qui communique avec la mer (au point le plus étroit, le canal est surmonté d'un pont). La ville est construite en amphithéâtre autour du lac, ce qui en fait une destination pittoresques et cosmopolite tout à la fois. Si vous visitez la Crète à Pâques, rendez-vous à Agios Nikolaos le vendredi saint, afin de suivre la "mise à feu de Judas" au centre du lac. Sitia est une fenêtre sur l'orient depuis la Crète, et diffère du reste de l'île. La patrie du poète V. Kornaros est moins touristique (dominée par le tourisme local et national), et jouit d'une couleur locale et d'une conformation bien à elle, qui ne vous laisseront pas indifférents. Vous la choisirez pour une combinaison de qualité entre tranquillité et divertissement. Iérapétra est la ville la plus méridionale d'Europe, dotée du climat le plus chaud, grâce auquel la région est devenue l'une des zones de production agricole les plus importantes, terre nourricière de la Grèce mais aussi de pays étrangers. Cette intense activité agricole ne laisse que peu de place au tourisme, mais la localité bénéficie cependant des infrastructures nécessaires, et est renommée pour ses poissons frais. Elounda, voisine d'Agios Nikolaos, est l'une des plus jolies stations balnéaires, où les hôtels, luxueux mais discrets, attirent de nombreuses personnalités.
- Les musées. Les Musées Archéologiques d'Agios Nikolaos et de Sitia abritent de riches collections d'objets antiques découverts dans la région de Lassithi. On pourra également admirer la collection archéologique de Iérapétra, à l'École Ottomane (Mehtepi), dont la pièce majeure est la statue de la Perséphone au Manteau. De nombreuses villes de la région sont dotées d'un musée d'art populaire : à Agios Nikolaos, le musée se trouve au sein de la Capitainerie, près de l'embouchure du lac sur la mer. À Sitia, les membres de l'association "V. Kornaros" ont rassemblé dans un bâtiment traditionnel une riche collection de pièces datant du siècle dernier (étoffes, sculptures sur bois, costumes régionaux, etc.). Vous aurez l'occasion, à Chamaizi, de visiter une authentique maison traditionnelle de Lassithi, telle qu'elle se présentait au début du XXème siècle, et examiner le mode de fonctionnement d'un ancien moulin à huile, d'une forge et bien sûr d'un pressoir ! Près de Iérapétra, les villages de Myrtos et de Vaïnia abritent deux plus petits musées d'art populaire, présentant des outils et des objets domestiques anciens.
- Églises et Monastères. Le monastère de Kapsa (de Saint-Jean Baptiste) au sud de Lassithi, se dresse dans un décor spectaculaire, sur des falaises abruptes surplombant la mer de Lybie. Le monastère de Faneromeni (ou de la Vierge Révélée) à Sitia, veille sur l'entrée des gorges d'Agion Panton (de Tous les Saints). Le monastère de Toplo (ou Toplu) compte parmi les plus prospères de Crète, véritable forteresse imprenable, et est connu pour son pouvoir. Le pèlerinage au monastère de Faneromeni à Agios Nikolaos peut s'accompagner d'une visite du site archéologique de Gournia. Le monastère de Vidiani sur le mont Louloudaki marie le présent et le passé, puisqu'il fut construit sur les ruines de l'ancien monastère de Zoodohou Pigis. Le monastère de Kroustallenia (à Agios Konstantinos) impressionnera le visiteur par sa situation dans un cadre spectaculaire environné de rochers imposants, situé en altitude dans un écrin de végétation exubérante.
- Site historiques et archéologiques. Sur le site de la cité antique de Lato, l'une des villes les plus puissantes de Crète (VIIème siècle av. J.-C.), à environ 15 km à l'ouest d'Agios Nikolaos, se dressent encore les ruines des deux acropoles ainsi que de la ville intérieure. Spinalonga, dans la baie d'Elounda, est une petite île revêtant une importance historique, puisqu'elle fut un lieu d'exil pour les lépreux. À la suite du tournage de la transposition cinématographique de cet épisode historique en 2010 ("To Nissi", "L'Île"), elle attire de nombreux touristes tout au long de l'année. La Forteresse de Liopetro près de Chamaizi fut édifiée par les Vénitiens sur les ruines de l'ancienne acropole, bénéficiant ainsi de sa situation, véritable citadelle naturelle. La grotte - ou antre - de Dikté (Diktaio Antro), lieu de naissance de Zeus, peut être visitée après une ascension au-dessus du village.
- Zones de beauté naturelle exceptionnelle. La grotte de Psychro sur le plateau de Lassithi, à proximité du village homonyme, est un site remarquable de la région. Les Dionysades, dans le golfe de Sitia, au nord-ouest du Cap Sideros, sont quatre îlots inhabités qui apportent une touche particulière à la baie. Ne manquez pas de visiter la palmeraie de Vaï, la plus grande d'Europe, une occasion unique d'admirer cette forêt exotique. Zone protégée, la palmeraie est donc préservée par une clôture. Les gorges de Ziros - Xerokambos sont encore peu connues. Pour les parcourir, partir du village homonyme, pour descendre jusqu'à la plage de Xerokambos. Les Gorges des Morts (Faraggi ton Nekron) débutent à Pano Zakros et aboutissent à Kato Zakros, et sont ornées d'imposants rochers recelant de nombreuses grottes. Les Gorges des Pins sont relativement courtes, débutant depuis le village du même nom (Pefki) pour aboutir à Makry Gialos. Les Gorges de Kapsa, à proximité du monastère, sont éloignées d'une centaine de mètres de la plage de Kapsa. Dans la région de Iérapétra sont situées trois gorges : celles de Ha dont le nom vient du mot "hasko" (ouverture), celles de Saranika qui, selon la légende, sont nées de la barbe du géant Sarantapihos (fils de Zeus), qui coupa la montagne en deux lorsqu'il se baissa pour boire de l'eau, enfin celles de Messonas, dotée d'une faune sauvage variée et d'une importante flore aromatique. Un site rare à visiter en Crète est celui des moulins à vent (Anemomyli), à Seli Ambelos, caractéristiques de la partie septentrionale du plateau de Lassithi.

EXCURSIONS 

Agios Nikolaos - Villages autour de Sitia - Sitia: Au départ d'Agios Nikolaos, prendre vers l'est en suivant la route littorale. Traverser Ammoudara, idéale pour la baignade, et par la plage de Pachia Ammos. On rencontrera ensuite Mochlo, site archéologique intéressant, avant de s'éloigner des plages pour se diriger vers Sitia. On peut faire une halte pour se promener sur le port pittoresque, ou pour y faire quelques achats dans les boutiques situées dans la première rue parallèle au bord de mer. Continuez ensuite en direction de l'est vers Vaï, pour en admirer l'étonnante palmeraie. Vous vous trouvez désormais dans la partie la plus orientale. Continuer vers le sud, en passant par le Monastère de Toplu et Paléokastro, puis se diriger vers Zakros et sa plage magnifique à Kato Zakros. Cette partie orientale de la Crète est sans doute la moins fréquentée par les touristes, et vous noterez des différences dans les paysages, si vous avez déjà parcouru le reste de l'île : paysages plus sauvages, abrupts, silencieux. Depuis Zakros, vous pouvez continuer vers le sud (la route est un peu moins praticable) vers Xerokambos, ou vers l'ouest en direction de Karydi. Dans le premier cas, vous arriverez très vite à la mer de Lybie et à ses plages, d'abord sauvages puis plus hospitalières vers le sud-ouest. Si vous optez pour le deuxième itinéraire, tournez soit à droite depuis Karydi pour visiter les pittoresques villages de Roussa Ekklissia et d'Agia Fotia avant d'arriver à Sitia, ou continuez l'exploration de la région. Nous vous suggérons alors une approche plus "sportive" vers les villages du sud-est du nome, région au relief plus accidenté et désertique, offrant des paysages sauvages et imposants, pour atteindre au sud le Monastère de Kapsa et la plage du même nom. Pour ensuite retourner à Sitia, préférez la route littorale qui passe par Kalo Nero, puis prenez la route nationale au niveau de Makry Gialos, pour un retour plus confortable.

Sitia - Iérapétra: Depuis Sitia, se diriger vers Maronai et Agios Georgios, d'où vous pourrez effectuer un détour vers la gauche pour rejoindre Agios Spyridonas, Presso (vestiges archéologiques) et Handra. De là, tourner à droite vers Armeni pour rejoindre la route principale. Se diriger alors vers le sud pour traverser Makry Gialos et Koutsouras, dans la baie de Kala Nera. L'endroit est propice à la baignade si vous préférez les plages plus calmes, la région, alors que l'on approche de Iérapétra, devenant de plus en plus habitée. Autre option, descendez vers le sud en délaissant la route nationale, traversez Achladia, Kato Krya, Chryssopigi et Stavrohori pour enfin arriver à Koutsouras, où vous tournerez à droite en direction de Iérapétra.

Iérapétra – Agios Nikolaos: Le Mont Dikty domine la partie orientale de la Crète, ce qui en façonne - en même temps qu'il les limite - les itinéraires. Le chemin le plus court pour se rendre d'une route à l'autre est de suivre la route nationale vers Pachia Ammos, puis de tourner à gauche vers Agios Nikolaos. La visite du reste de la région montagneuse présente cependant un intérêt plus grand. Ainsi, dirigez-vous vers l'ouest depuis Iérapétra, pour visiter le site archéologique de Myrtos, et arrivés à Stomi, tourner à droite vers Kalogeros. La route est assez sinueuse, mais la vue superbe compensera cet inconfort. Arrivés dans la partie orientale, vous pouvez choisir de prendre la direction de l'ouest vers Malès puis Mathokatsana, l'entrée sud du plateau, pour ensuite rejoindre la côte méridionale en passant par les hameaux de Selakanos, Christos, Malès, Mythi et Mourniès. Sinon, se diriger vers le nord en direction de Prina et de Kalo Horio, non loin du Monastère de Faneromeni et du site archéologique de Gournia. Depuis Prina, vous pouvez opter pour un itinéraire plus ardu, vers Kroustas et Kritsas, en effleurant les monts Dikty. Depuis Kritsas, on peut soit continuer vers la sortie nord du plateau en tournant à gauche (Katharos), soit continuer à droite vers la cité antique de Lato. Agios Nikolaos est maintenant tout proche et facile à ralier.

Agios Nikolaos – Elounda: Peu éloignée et facile d'accès, Elounda constitue l'un des meilleurs choix de baignade pour tous ceux qui sont en vacances à Agios Nikolaos. L'exploration de la partie nord de l'île est en outre plus aisée, comparée aux autres régions du nome. Un peu plus au nord d'Elounda se trouvent Plakès, une destination également très prisée pour la baignade, avec ses profondes eaux turquoises qui vous invitent au plongeon ! Les plages situées plus au nord dans la région (Vlychadia, Milatos), ne donnent plus sur le golfe de Merabello mais sur la mer Égée. Ne manquez pas de visiter Néapoli, bourgade dont le centre est constitué d'une place typique, et où les ruelles vous attendent pour une agréable balade. De Néapoli, se diriger vers le nord en direction du Monastère des Pendus (Moni ton Kremaston), Exo Potami, le Monastère de Krystallenias et Psychro, afin d'en visiter la Grotte.

RETHYMNON

À VOIR 

- Sites à visiter à Rethymnon. La Fortezza est sans aucune doute l'un des sites les plus caractéristiques de la ville. Elle fut l'une des forteresses les plus importantes et les mieux gardées de l'époque vénitienne, dont la construction demanda quinze ans ! Autre legs important des Vénitiens, la Loggia, qui abrite la Bibliothèque Municipale, convertie en mosquée sous l'occupation ottomane. Les Vénitiens prirent soin de l'apparence de la ville, et Alvise Rimondi, alors recteur de Rethymnon, sut allier les nécessaires ouvrages d'irrigation à l'esthétique de la magnifique fontaine qui porte son nom. L'église d'Agios Frangiskos comporte un intérêt architectural particulier, arborant d'exceptionnelles sculptures. Hormis les vestiges de l'époque vénitienne, la ville recèle également de nombreux exemplaires du patrimoine ottoman : la mosquée de Veli Pacha à Mastabas, la mosquée de Nerantzès (anciennement église Santa Maria), à l'impressionnant minaret, la mosquée Kara Mussa Pacha et celle de la Grande Porte.
- Musées. La ville est bien entendu dotée d'un Musée Archéologique, à l'entrée principale de la Fortezza. Si vous êtes intéressé par une approche culturelle plus contemporaine, préférez-lui le Musée d'Art Contemporain de Crète - Pinacothèque L.. Kanakis, exposant des œuvres récentes d'artistes grecs. Le Musée Historique et d'Art Populaire est situé à l'intérieur d'une belle demeure vénitienne à deux niveaux du XVIIème siècle, parfaitement conservée. Sur la Place de la Cathédrale (Plateia Mitropoleos), on trouvera le Musée Ecclésiastique de la Cathédrale, réunissant d'importantes reliques. Le Mausolée de Mastabas abrite le Musée Paléontologique, annexe du Musée Goulandris d'Histoire Naturelle d'Athènes, exposant d'importants fossiles d'éléphants et de cerfs indigènes. En visite dans le joli village de Chromonastiri, ne manquez pas de vous arrêter au Musée de la Guerre.
- Églises et Monastères. Les Monastères d'Arkadi (intérêt historique) et de Prévéli sont particulièrement intéressants à visiter. Leur visite est en outre digne d'intérêt pour les magnifiques paysages environnants et leurs musées, renfermant d'importantes reliques sacrées. Vous trouverez également sur votre chemin des Églises Paléochrétiennes, à Panormos, Goulediana, et dans l'Ancienne Eleftherna. À Roustika, en l'église Notre-Dame (Panagia) et à Lambini, vous pourrez admirer des fresques datant respectivement de 1381 et des XIIème et XIVème siècles. Roustika est en outre le village du Monastère du Prophète Élie (Profitis Ilias), qui joua autrefois un rôle dans la révolution grecque. Le Monastère de Bali, lui aussi très actif en 1821, offre une vue époustouflante au visiteur. Le monastère d'Agia Irini promeut la tradition populaire en proposant à ses visiteurs des broderies et des étoffes.
- Sites archéologiques. L'un des sites archéologiques les plus connus de la région est celui d'Eleftherna. Plus près de Rethymnon, on pourra également visiter la Nécropole minoenne d'Armeni, nichée dans une impressionnante forêt de chênes. C'est à Lappa que furent découvertes d'importantes pièces archéologiques, cependant exposées au Musée Archéologique. Parmi les sites archéologiques importants, celui de Stavromeno-Sfakaki, où fut découverte la stèle funéraire du Vème siècle av. J.-C., ornée de la représentation d'un jeune chasseur.
- Autres sites à visiter - manifestations à ne pas manquer. La grotte (ou antre) d'Ida (Idaion Antro), partagée entre la préfecture de Rethymnon et celle d'Héraklion, compte parmi les sites les plus populaires de Grèce, puisque selon la légende, c'est ici que Zeus naquit. La ville de Rethymnon organise chaque année son Carnaval, bien sûr plus modeste que celui de Patras, mais aussi animé que celui-ci, et l'un de plus populaires (avec celui de Xanthi). Dans le cadre du Carnaval, vous pourrez participer à une chasse au trésor. En été a lieu le Festival de la Renaissance, basé sur l'origine et l'architecture de la ville. Quelle que soit l'époque de l'année où vous vous trouverez à Rethymnon, n'hésitez pas à vous "perdre" dans les ruelles de la Vieille Ville, puis à faire une pause dans l'un de ses pittoresques cafés, ou à déguster des mezès crétois accompagnés de raki dans un de ses bistrots.

EXCURSIONS 

Rethymnon - Roustika - Plakia - Sud: Il est de coutume, lorsque l'on séjourne à Rethymnon et que l'on part à la découverte de sa région, de s'arrêter à Plakia. Le nome de Rethymnon se prête, peut-être plus volontiers qu'un autre, à l'exploration, le traverser du nord au sud étant beaucoup plus facile (il s'agit d'une des parties les plus étroites de l'île !). C'est pourquoi nous vous suggérons de ne pas emprunter la route principale entre Rethymnon et Spili, mais de vous laisser tenter par une excursion dans les villages de montagne. Première étape, Gerani, où vous partirez à la recherche de la Tour Médiévale puis continuerez vers Frantzeskiana Metochia, petit village niché dans une nature généreuse. Vous passerez ensuite par Gonia où vous sortirez du village à droite, en direction de Nikiforos Fokas, puis tournerez à nouveau à droite à la rencontre de Roustika et de ses sites. Le village suivant est celui de Mountras, bruissant de sources et de fontaines, à proximité duquel vous trouverez les gorges de Mountriano. Le village est en outre traversé par le sentier de randonnée E4. Continuez par Agios Ioannis-Roustika, et traversez le village avant de tourner à droite en direction de Plakias. De là, de nombreux choix de promenade en bord de mer s'offrent à vous, avec une vue féerique sur la mer de Lybie. À l'ouest se trouve le fameux village de Frangokastello, et encore plus près, le calme hameau de Rodakino. Juste en-dessous du village de Plakias se trouve la plage de Souda, et celle de Plakias plus à l'est. En longeant la côte à partir de là, vous pourrez visiter Damnoni.

Rethymnon - Arkadi - Monastère d'Asomaton - Spili - Preveli: Afin de visiter les plages du sud-est du nome, mettons le cap sur la bourgade de Spili. Encore une fois, évitons la route principale Rethymnon-Spili pour suivre un itinéraire plus allongé qui permettra la visite d'autres sites de l'île. Une option consiste, au sortir de la ville, à prendre la direction de Platanias à l'est, et de tourner à droite vers Adele, destination touristique et siège du dème d'Arkadi. La route traverse ensuite le petit village de Pigi puis Agios Dimitrios, dont l'église homonyme est datée de l'époque byzantine et mérite que vous lui consacriez quelques heures. La route Platanias-Arkadi nous amène enfin à destination, après un passage par Loutra et Kyrianna. Arkadi est situé aux confins de la région d'Amnatos, bénéficie d'une vue splendide et recèle d'exceptionnelles demeures vénitiennes. Le village peut en outre être le point de départ d'une excursion dans les villages voisins. Prendre d'abord la direction de Kapsaliana, village traditionnel où vous pourrez admirer le moulin à huile du Monastère d'Arkadi. La route vous amène ensuite à Eleftherna et à sa ville ancienne. Après en avoir admiré les vestiges archéologiques, revenir vers le Monastère d'Arkadi, à l'émouvant passé historique. Continuer vers le sud, pour traverser Kalogeros, à l'église byzantine Agia Marina tout à fait typique. 
De là, prendre la direction du Monastère d'Asomaton, puis de Monastiraki, qui vaut le détour, en traversant Opsigias, puis Amati. Depuis le village d'Amati, mettez le cap sur la bourgade de Gerakari, pour aboutir à Spili, important centre de la région, aux impressionnantes fontaines, qui offrent au visiteur leur fraîcheur accueillante. Depuis Spili, emprunter la route Rethymnon - Agia Galini, qui vous permettra une exploration aisée de la partie sud de la Crète. À partir de là, les options sont nombreuses... au sud vous attendent les plages de Preveli (paysage d'exception qui fut malheureusement défiguré par les incendies de 2010...), d'Agios Pavlos et bien d'autres encore. La plupart d'entre elles bénéficient d'une fréquentation touristique modérée.


Agences de location Hertz