Français
FR
Visitez Patras!
Top



Bienvenue à Patras!

À VOIR

- La Forteresse. Un peu moins d'1 km sépare, à vol d'oiseau, le littoral de la colline de la Forteresse. Les rues D. Gounaris et P.P. Germanou dans le centre de Patras sont munies de panneaux indicateurs. Laissez votre voiture et commencez l'ascension pour une belle balade. Flânez dans la petite pinède ("Dasyllio") du côté de la muraille sud, ou asseyez-vous pour un café ou un rafraîchissement à la terrasse du kiosque, qui offre une vue reposante sur la ville et son port. Que ce soit avant ou après votre promenade, ne manquez pas, en tout cas, de pénétrer dans l'enceinte de la Forteresse, doté d'une végétation luxuriante, avec ses allées bien entretenues, mais également ses canons et ses meurtrières. L'histoire de la Forteresse débute sous le règne de Justinien, qui la fonda en 551 ap. J.-C.. Elle ne prit sa forme finale qu'au XVIIème siècle, après des interventions de restauration des Vénitiens. L'une des tours de la Forteresse offre la vue la plus impressionnante de Patras.
- L'Odéon romain. En empruntant les pittoresques escaliers de la rue Gerokostopoulou, vous atteindrez l'Odéon du IIème siècle qui, maintenant rénové et pouvant accueillir 2000 spectateurs, est encore utilisé pour l'organisation de manifestations culturelles pendant la saison estivale.
- L'église Agios Andreas. La nouvelle église du Saint Patron de Patras fut fondée en 1908 par le roi Georges, mais, pour différentes raisons, ne fut inaugurée qu'en 1974. Elle est désormais l'emblème de la ville. À la stature imposante, de style byzantin, elle est en outre l'une des plus grandes églises des Balkans, pouvant accueillir 5500 fidèles. L'église la plus ancienne fut construite entre 1836 et 1843 par l'architecte de Thessalonique Kaftantzoglou, et en face de celle-ci fut érigé le mausolée du Saint.
- Théâtre Municipal Apollon - Place du Roi Georges Ier Il s'agit bel et bien d'une copie de la Scala de Milan, mais à une échelle réduite, puisqu'il ne peut accueillir que 500 spectateurs ! Cet édifice, petit mais luxueux, est un véritable bijou - conçu par l'architecte Ernst Ziller et financé par les puissants commerçants de Patras en 1872 - avec ses arcades et ses trois étages de loges. Vous le trouverez, régnant sur la place centrale de Patras, qui est aussi son point de rendez-vous, la place George comme l'appellent les habitants de la ville, ainsi que sa fontaine aux lions ailés de 1875, tant de fois photographiée. C'est dans les rues voisines (de Corinthe, Maizonos, Gerokostopoulou, Agiou Nikolaou, Ermou) que bat le cœur de l'agora de Patras, animé et "up to date".
- Bâtiments historiques et néoclassiques, églises. La ville de Patras est heureusement embellie par un assez grand nombre d'édifices de style ou historiques, dispersés à travers une trame urbaine moderne et impersonnelle,. La liste en est trop longue pour être citée en son entier, mais si vous explorez la ville, ces bâtiments, comme la bibliothèque municipale de 1910, le gigantesque édifice néoclassique du Palais de Justice, l'ancien Hôpital Public Agios Andreas (1857), ouvrage de l'architecte danois Hansen, l'église du Pantocrator (1840) aux dômes de cuivre, l'église de la Panagia Pantanassa, ne pourront qu'attirer votre attention…
En flânant dans la ville haute, vous rencontrerez en outre beaucoup de vieilles demeures et hôtels particuliers mal entretenus.
- Le Nouveau Musée Archéologique et autres Musées. En juillet 2009 a été inauguré le deuxième plus grand musée de Grèce, sur la nouvelle route nationale Patras-Athènes (n°38-40). À travers les 8000 m² de l'espace d'exposition, à l'architecture d'un design original et moderne, vous pourrez y admirer des pièces remontant de l'époque mycénienne jusqu'à l'époque romaine tardive. Patras compte en outre d'autres intéressants musées, de taille plus modeste, comme le Musée Historique et Ethnologique sur la Place Georges, le Musée de la Presse à la rue Maizonos, et le Musée d'Art Populaire dans les jardins de la Fondation Skagiopouleiou, à l'intersection des rues Korytsas et Mavrokardatou.

EXCURSIONS

Patras - Cité antique d'Olympie: Il y a deux façons de se rendre à Olympie depuis Patras : par la route du littoral, en passant par la ville de Pyrgos (115 km), ou par l'intérieur, en empruntant l'ancienne route nationale Patras-Tripoli, que l'on quittera peu après le village de Panopoulos, en tournant à droite pour parcourir les 36 derniers km de l'itinéraire qui en compte 118 au total.
On ne pourra éviter, en empruntant ces deux itinéraires - mais tout particulièrement s'agissant du deuxième - de côtoyer les zones récemment dévastées par les incendies. Le premier est en outre presque toujours très fréquenté par les voitures, offre un horizon dégagé et des tronçons assez bien conçus, (d'autres moins...), tandis que le deuxième est pratiquement toujours désert, offrant une vue moins dégagée car il passe entre les montagnes, recèle davantage de virages, de chaussées glissantes et manque de signalisation, mais propose de plus intéressants paysages.

Patras - Kalavryta: Excursion de 77 km, au dénivelé assez modéré et progressif, qui nous emmène du niveau de la mer (Patras) à 750 mètres d'altitude, vers la ville pittoresque et historique de Kalavryta, station touristique développée, au pied des forêts de sapin du Mont Helmos (2355 mètres d'altitude), équipée en outre d'une station de sports d'hiver. Vous y trouverez d'innombrables curiosités et sites intéressants aux accents montagnards... Monastères historiques, sentiers, voies ferrées à crémaillère, chemins de terre, boutiques de produits traditionnels, refuges de montagne, la magnifique "grotte des lacs", une cascade mythique et un émouvant monument à la mémoire des innombrables habitants de Kalavryta exécutés par les allemands, composent, dans les grandes lignes, le portrait de la région, dotée en outre d'un grand nombre d'unités hôtelières pour tous les goûts et toutes les bourses.
Les premiers 20 à 25 km de l'itinéraire présentent peu d'intérêt, puis le décor change peu à peu, et la route devient un vrai plaisir, traversant de petits villages, de splendides paysages de montagne, des torrents, des forêts, des prairies, des alignements d'arbres et autres visions bucoliques. Le revêtement de la route est quelque peu "fatigué", son tracé dans l'ensemble intéressant, et la circulation toujours faible à modérée.

Patras - Forêt de Strofylia: Suivre la route en direction de Pyrgos, puis au 36ème kilomètre, tourner vers Kato Achaïe (pour les gens du cru Kato Achagia). Encore vingt petits kilomètres, et l'on atteint la longue et large plage de Kalogria et la magnifique et exotique forêt de Strofylia, aux caractéristiques pins parasols (pinus pinea), le lac de Lamia et ses oiseaux migrateurs.

CONSEILS ROUTIERS 

•   Si vous devez utiliser votre véhicule au centre de la ville, attendez-vous à rencontrer quelques difficultés aux heures de pointe, le stationnement posant en outre beaucoup de problèmes. L'absence de parkings organisés est en effet très perceptible. Si vous parvenez quand-même à trouver une place, veillez à bien vous acquitter du prix du stationnement payant et à laisser la facturette en évidence sur le pare-brise, car la police ne plaisante pas…
•   En route vers Kalavryta, attention aux troupeaux de chèvres et de moutons au détour des virages aveugles, aux imprudents conducteurs de véhicules agricoles et autres tracteurs que vous pourriez rencontrer. En outre, si vous visitez la région en hiver, en particulier s'il est rude, il n'est pas impossible que vous ayez besoin de chaînes à neige pour parcourir les derniers kilomètres jusqu'à Kalavryta, ainsi que pour la route menant de Kalavryta à la station de sports d'hiver.
•   En visite dans la région de Strofylia, prenez garde à vous prémunir contre: a) les enlisements dans le sable ou les boues aux abords des plans d'eau, b) les féroces moustiques qui piquent même en pleine journée, c) le jet d'ordures et de cigarettes allumées. Un site naturel d'une telle beauté mérite la protection de tous!


Agences de location Hertz